Home » Accueil » ÉDITORIAL – Dimanche 28 mai 2023 – Dimanche de Pentecôte

ÉDITORIAL – Dimanche 28 mai 2023 – Dimanche de Pentecôte

Retrouvez la feuille paroissiale hebdomadaire N°22

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20, 19-23

Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

Me voici perplexe. Le don de l’Esprit Saint en saint Jean s’accompagne du don de pardonner les péchés. Jusqu’à présent, je croyais que ce pouvoir était lié à la personne de saint Pierre et non à tous ceux qui reçoivent l’Esprit Saint, les baptisés-confirmés. Je pense qu’il nous faut réfléchir un peu plus avant et qualifier les péchés. De quels péchés parle Jésus ressuscité en ce soir où il souffle sur eux ?

Jésus donne aux disciples rassemblés dans la chambre haute cette capacité à ne pas ajouter de l’horreur au malheur.

Le péché est un malheur et nous pourrions sans doute tergiverser pendant des heures pour qualifier chaque péché, chaque faute, chaque entorse à la règle ; mais si nous regardons le péché comme une rupture d’amour envers soi, envers les autres et envers Dieu, effectivement, ne plus aimer est un grand malheur. Ajouter de l’horreur à ce malheur serait condamner la personne à rester dans un état de ‘non amour’ et lui interdire tout retour à une vie normale, qui est celle de pouvoir aimer de nouveau.

S’aimer, se considérer comme aimable et accepter de recevoir de Dieu cet Amour et cette capacité d’aimer est notre identité la plus profonde. : « Je te permets de faire de nouveau cette expérience d’amour. Je ne te réduis pas à ce que tu as fait ou pensé. » Voici l’acte d’amour véritable qui voit en l’autre un demain, renouvelé, toujours possible. Voici ce que l’Esprit Saint, que nous avons reçu, nous permet de faire et de vivre. J’espère sincèrement que nous utilisons ce don de Dieu de façon habituelle.

Les péchés, qui sont ceux que le Christ a réservés à saint Pierre, sont ceux qui conduisent à la mort. Nous parlons de la mort éternelle, la mort de l’âme. La mort de cette partie de Dieu qui est en nous et que nous faisons mourir volontairement par notre refus de vivre et de laisser vivre. Il ne s’agit plus de l’amour que nous ne laissons pas s’exprimer, mais de la mort que nous manifestons par nos choix et nos actions.

Il faut tout le pouvoir des disciples de Jésus, et la force de l’Esprit Saint, pour combattre cette horreur et ce malheur, et sortir vainqueur de la mort éternelle.

Jésus donne à son Église, par les successeurs de Pierre – les évêques – et à leurs collaborateurs – les prêtres – le pouvoir de libérer l’humanité de la mort éternelle et de lui permettre de revenir humblement vers Dieu et la vie.

Cette faculté de remettre les péchés, ou de les retenir, est ce don que Dieu fait à son Église et à ses ministres par la succession apostolique, de pouvoir œuvrer pour la vie et pour la paix, car vie et paix sont intimement liées. L’une appelle l’autre et réciproquement : je vous donne ma paix et vous recevez la vie.

L’absolution sacramentelle se finit par : « Allez en paix. Vivez en paix et soyez témoins de l’amour et de la vie que Dieu a mis dans votre cœur et qu’il vous a permis de retrouver. » Le don de l’Esprit Saint est aussi le don de l’Église.

Église qui se veut témoin de vie et d’amour pour ce monde en quête de paix.

Père Jorge JIMENEZ

Diocèse de Lyon

Flux L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Vous donc, priez ainsi » (Mt 6, 7-15)

Le saint du jour