Home » Vie de la paroisse

Propositions pour le Carême 2024

Pain Pomme Riz

chaque vendredi de carême à 12h30 à la salle Saint-Edmond à La Tour de Salvagny

Conférences sur l’iconographie

Par le Père Michel Raquet à la maison paroissiale Saint Roch, à Charbonnières les 6, 13 et 20 mars à 20h30

Parcours de carême proposé par le diocèse

Ecole de prière proposée par le diocèse

Une St Valentin autrement, le vendredi 9 février à Marcy l’Etoile

Cette année, la paroisse vous propose à nouveau de vivre une St Valentin autrement !
Elle vous offre la possibilité de prendre le temps de vous retrouver en tête à tête.
Cette intimité vous permettra de sortir de la routine du quotidien, de vous poser pour parler de votre couple, celui d’hier, d’aujourd’hui et de demain.
C’est pourquoi la soirée est ouverte à tous les couples, jeunes ou moins jeunes.
Offrez vous un moment de partage en profondeur, avec bienveillance et vérité !

Cette soirée aura lieu le vendredi 9 février 2024, à 19h30, à Marcy l’étoile (salle de la Cheminée, dans le complexe sportif du club de tennis)

Pour vous inscrire, rien de plus simple! Accédez à notre site de réservation en ligne via le lien ci dessous:
https://www.helloasso.com/associations/paroisse-de-charbonnieres/evenements/saint-valentin-autrement

Les inscriptions prennent fin le 2 février prochain ; dépêchez vous, les places sont limités !
Dans l’espoir de vous recevoir le 9 février prochain !

Joanna & Vincent
Béatrice & François
Audrey & Sylvain

Prière de louange en famille

Tous les deuxièmes dimanches du mois de 18 à 19 heures, église Saint Edmond, à la Tour de Salvagny

  • 14 janvier
  • 11 février
  • 10 mars
  • 14 avril
  • 12 mai
  • 9 juin

Association du clocher de Dommartin

Invitation le vendredi 12 janvier à 19h30 – salle Malataverne à Dommartin

Vous pouvez télécharger l’invitation et le bulletin d’inscription

3 soirées de formation : Noël, Pâques, Pentecôte

Le cœur de la foi de l’Eglise, Lumière pour la vie des Hommes

Les 17, 24 et 31 janvier 2024, à la salle paroissiale Saint-Roch, Charbonnières les Bains

Le bénévole idéal, c’est vous !!!

Chacun peut mettre ses talents au service de l’Eglise

ÉDITORIAL du dimanche 3 décembre 2023 – Premier dimanche de l’Avent

Retrouvez la feuille paroissiale du 1er au 10 décembre

Ecoutez l’homélie du Père Jorge Jimenez

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 33-37

« Veillez donc, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin ; s’il arrive à l’improviste, il ne faudrait pas qu’il vous trouve endormis. Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! » Prenez garde !

Voici par quoi l’évangile de ce premier dimanche de l’Avent commence. Marc nous met face à nos responsabilités. Le Seigneur est absent. Nous en faisons la commune expérience. Cette absence peut être douloureuse : comment vivre sans celui que nous attendons ? Il y a l’attente des fiancés qui se languissent de ne pouvoir partager une vie commune. L’attente d’une mère qui voit ses enfants petit à petit partir et qui attend un appel réconfortant. Il y a l’attente d’un travail qui rendra à celui qui l’a perdu sa dignité.

Les attentes sont multiples et toutes sont existentielles. Celui qui attend est tendu vers un demain. Son corps, ses pensées, tout son être est dans cette dynamique, le cours de sa vie s’en trouve orienté. Le Christ est lui aussi parti, il est ce voyageur qui a quitté sa maison. La parabole de ce jour nous rejoint dans notre expérience humaine. Nous sommes situés fatalement devant une absence. Face à cet état de fait, quelle est notre attitude ?

Il se pourrait que nous ayons finalement intégré cette absence. Le Christ n’est plus là et nous vivons comme si le voyageur ne devait plus jamais revenir. L’absence du Christ fait partie de notre histoire. Nous sommes tellement habitués à cette absence que nous en avons même oublié sa promesse de retour. Rangé à côté des histoires pour enfants, la religion n’est plus, pour nombre de nos contemporains, qu’un conte de fées bon à apaiser les angoisses face à la mort. Veillez ! Ce verbe retentit une nouvelle fois dans ce néant. L’évangéliste ne nous donne ni un conseil, ni une suggestion, il nous intime un ordre. Le chrétien est un veilleur. Il ne doit pas se laisser aller au non-sens de ce temps. Cette veille est active, elle nous prépare à l’inouï du Christ. Veiller est un style de vie, le veilleur est attentif aux signes, il scrute, espère et agit. La parabole assigne à chaque serviteur sa tâche. Quelle est la nôtre ?

Pour être veilleur, il faut accepter cette mission. Cette démarche est exigeante et est à contrecourant. Elle demande un investissement et un engagement de tout l’être. Notre société se prépare à fêter l’année nouvelle et celle-ci coïncide avec le souvenir de la naissance du Christ. Chaque année est marquée par un temps de renaissance.

Chaque année nous invite à faire des choix et à nous renouveler. Chaque année, nous devons ressaisir notre engagement de disciple du Christ et veiller à ce que le non-sens ne vienne pas s’emparer des fêtes de la Nativité.

Veillez ! Devenons ces veilleurs et ces éveilleurs de sens. Le Christ promet qu’il vient faire et refaire toutes choses nouvelles. Sommes-nous prêts à accueillir le renouveau de notre mission de chrétien, dans ce monde et dans ce temps ?

Père Jorge JIMENEZ

Dimanche 26 novembre 2023 – Solennité du Christ, Roi de l’Univers

Retrouvez la feuille paroissiale pour la période du 26 novembre au 3 décembre

Ecoutez l’homélie du Père Jorge Jimenez

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25, 31-46

Il leur répondra : « Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.” Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle.

Le Jugement dernier, dans l’évangile de Matthieu, conclut notre année liturgique. Nous avons en mémoire la fresque du même nom dans la chapelle Sixtine. Mais entre ces deux jugements, il y a l’espace d’une prise de conscience.

Fresque du Jugement dernier – Michelangelo

Dimanche après dimanche, nous venons de suivre un chemin de responsabilité vis-à-vis du Royaume. Qu’il s’agisse des invités au repas, des jeunes filles ou des serviteurs, il y a toujours une référence à notre responsabilité. Que faisons-nous ? Que faisons-nous pour nos frères ?

Le jugement s’intéresse exclusivement à cette dimension de notre vie. Quand le Fils de l’homme paraîtra, il viendra juger toutes les nations. Il y a là une terrible nouvelle : il n’y a pas d’exclus devant le Seigneur, ni de passe-droit. Chacun doit répondre de ses actes. Chacun, c’est-à-dire tout homme et toute femme quelle que soit son origine, son âge, sa situation sociale ou sa religion. Il n’y a aucune mention de temps ou d’époque, c’est l’humanité entière qui comparaîtra devant Celui qui siège et qui a autorité pour juger.

Le Fils de l’homme, à la fin des temps, se comportera comme Dieu au commencement des temps : il fera oeuvre de séparation. Au premier jour de la création, cette séparation avait pour but de sortir du chaos, et de permettre à la vie de s’exprimer. Il semble qu’au dernier jour l’humanité il en soit de même. La vie a eu du mal à s’exprimer et à sortir du chaos originel. Le Seigneur a dû, une fois de plus, faire oeuvre de séparation.

Cette dernière oeuvre met en scène l’humanité, étrangement rangée en deux catégories, celle des brebis et celle des boucs. Les brebis qui écoutent la voix du Seigneur et les boucs qui sont chargés, dans la première Alliance, de tous les péchés sous la forme du bouc émissaire envoyé se perdre et mourir dans le désert… Il y a cette séparation et ces sentences ‘venez’ et ‘allez’.

Venez les bénis, au royaume préparé pour vous. Le projet de Dieu est le Royaume. Ceux qui écoutent sa voix sont promis au Royaume et ce, depuis la fondation du monde. Nous sommes destinés à l’Eden, dont nous avons été chassés à cause de la désobéissance première de l’homme.

Allez loin de moi, à la géhenne éternelle préparée pour le diable et ses anges. Nous ne sommes pas destinés au châtiment, mais nous pouvons y être contraints. Le critère est l’amour que nous avons manifesté aux plus petits.

Qu’avons-nous fait et à quoi somme-nous sensibles ? Il y a des pauvretés cachées qui méritent toute notre attention, et nous imposent une manière de nous comporter. Notre agir, notre capacité d’amour et ses effets seront le critère ultime du jugement. L’année se termine, quel pourrait être le verdict ?

Père Jorge JIMENEZ

Journée du Liban – Comité de jumelage – 12 novembre 2023

Le Comité de jumelage avec le Liban a eu le plaisir d’organiser une journée du Liban
le dimanche 12 novembre 2023 à Charbonnières-les-Bains. Cette journée a rassemblé
les paroissiens des 6 clochers des paroisses de la Sainte Famille et de l’Esprit Saint des Portes
de Lyon. La journée a débuté avec une messe en rite maronite concélébrée par le Père Joseph Eid (de l’église Notre Dame du Liban à Lyon), le Père Jorge Jimenez et le Père Michel Raquet en l’église Notre Dame de l’Assomption à Charbonnières-les-Bains. S’en est suivi un repas franco-libanais
à la Maison Paroissiale Saint Rock puis un concert animé par la chorale de Notre Dame du Liban
de Lyon.

Messe en rite maronite

La messe a débuté par une explication de la liturgie maronite qui est une liturgie syriaque, chalcédonienne et catholique. L’Église maronite, née avec Saint Maroun au Ve siècle, a hérité de la tradition de l’Église d’Antioche fondée par saint Paul et est en pleine communion avec le Saint-Siège. Suivant la formule consacrée, elle est « patriarcale, catholique, antiochienne et syriaque ». Le syriaque était visible dans les vêtements liturgiques (ornés de dorure, port de la croix) et dans la liturgie elle-même. Les psaumes et la prière de consécration ont été chantés en araméen comme le veut la tradition, le reste de la liturgie était en arabe et en français. Marie était au centre de la célébration, avec des chants et des dévotions qui lui étaient dédiés.

Repas franco-libanais

Le Comité de jumelage a invité les paroissiens à un repas franco-libanais à la Maison Saint Rock où ils ont pu découvrir les spécialités des hors-d’œuvre libanais : fattouch (salade composée), hommous (purée de pois chiche), baba ghannouj (purée d’aubergines), salade du moine, balila (pois chiches au cumin), feuilletés divers au zaatar (thym et graines de sésame) et fromage libanais.
Tout cela accompagné de pain et vin libanais.
Les membres du comité ont également prévu des desserts libanais comme du nammoura (gâteau de semoule avec de la fleur d’oranger) et du mouhallabieh (flan libanais). Ce repas a connu un franc succès. Tandis que le Comité avait prévu la présence de 60 personnes, ce fut un réel plaisir d’accueillir 110 personnes au cours du repas.

Concert de la chorale de Notre Dame du Liban

La journée s’est poursuivie avec un concert animé par la chorale de Notre Dame du Liban, sous la direction de Marie-Rose Morcel, qui a permis aux participants de s’envoler pour une heure hors du temps
et du quotidien. A travers des chants œcuméniques en arabe et en français, la Chorale a mis en lumière des chants pour Marie et pour le Liban, offrant ainsi un moment de sérénité et de grâce.

Ce fut une belle journée de partage et d’échange avec les frères libanais, dans une église en pleine capacité (avec 3 groupes de scouts SUF), la participation de plus de 110 personnes au repas libanais, et plus de 60 personnes au concert.

Nous remercions les paroissiens pour leur présence et leur soutien au Comité de jumelage.

Beaucoup de projets pour 2024

Les initiatives du Comité se poursuivront avec encore plus d’entrain et d’énergie pour 2024. Seront au programme, des veillées de prière en vidéoconférence avec les paroissiens libanais, un voyage au Liban pour les jeunes et bien évidemment d’autres actions de soutien et de prière.

Si vous souhaitez nous rejoindre dans cette belle aventure, n’hésitez-pas à contacter les membres du Comité de jumelage :

Anne-Adélaïde de la Teyssonnière, Hala Rumeau-Maillot, Nadège Poisson, Marie-Dominique Schmitz, Catherine Clar, Vincent Martin, Nathalie Jarjaille.

ÉDITORIAL du 19 novembre 2023 -33e dimanche du Temps Ordinaire – année A

Retrouvez la feuille paroissiale du 18 au 26 novembre

7 ème Journée mondiale des pauvres

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25, 14-30

Tu as ce qui t’appartient.” Son maître lui répliqua : “Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !” »

Que devons-nous faire fructifier et pourquoi ?

Il y a les bons et les mauvais. Il y a ceux qui doublent la mise et celui qui ne fait rien. Le vrai problème est là, c’est qu’il n’a rien fait. Les deux premiers serviteurs ont reçu les biens du maître, comme le troisième,

d’ailleurs. Il faut noter que le maître partage tous ses biens et qu’il ne garde rien. Sa confiance est totale, il part. Il ne laisse aucune consigne. Chacun sait ce qu’il doit faire.

Il confie ses biens selon la capacité de chacun. Chaque serviteur se retrouve en charge d’un bien qui ne lui appartient pas et dont il est responsable. Ainsi livré à lui-même, que faire de cette confiance ? La somme est pour chacun colossale, un simple talent représente l’équivalent de 6000 journées de salaire. Une telle somme pourrait facilement faire tourner la tête. C’est sans doute ce qui se passe pour le troisième serviteur, qui a eu peur et qui a enterré son talent. Les deux autres ont pris un risque et ont su, chacun à leur manière, faire fructifier ce qui a leur été confié.

À son retour, le maître retrouve la totalité de sa mise. Aucun des serviteurs n’a été malhonnête. Aucun n’a perdu de la somme confiée, alors pourquoi une telle sentence à l’égard du troisième ?

Cette parabole fait immédiatement suite à celle des jeunes filles de la semaine dernière. Il y a celles qui sont prévoyantes et les autres. Le Royaume est à ce prix.

Nous avons tous compris que le maître est Dieu qui confie sa création à l’humanité. Dieu nous fait une confiance absolue. Mais nous, que faisons-nous ? Sommes-nous capables de rendre ce qui nous a été confié et d’offrir ce que nous avons produit ?

Dieu nous a confié l’univers et sa création. Il nous demande de le faire fructifier par notre travail, nous avons reçu cette mission de prendre soin et de faire fructifier l’œuvre de Dieu. Mais au terme de l’histoire, la totalité appartient à Dieu et il nous faudra la lui remettre humblement. Et avec lui faire le bilan de la mission qu’il nous a confiée :

qu’as- tu fais de ce que tu as reçu ? de ta vie, de ta capacité d’aimer, de ta capacité à te mettre au service, de ta foi.

Et à ce moment, il nous faudra lui répondre. Ce ne sera pas le moment d’argumenter ou de trouver de faux fuyants. La vérité de notre vie sera manifestée et le jugement en sera la conséquence. À nous de faire fructifier les talents reçus pour le bien du Royaume et pour le service de l’Église et de nos frères.

Père Jorge JIMENEZ

Diocèse de Lyon

Flux L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Ils disent et ne font pas » (Mt 23, 1-12)

Le saint du jour