Home » Accueil » ÉDITORIAL – Dimanche 2 avril 2023 – Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur – A

ÉDITORIAL – Dimanche 2 avril 2023 – Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur – A


Retrouvez la feuille paroissiale hebdomadaire N°14.

Ecoutez l’homélie du Père Jorge Jimenez.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 26, 14-27, 66

« Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur »

Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples s’approchèrent et dirent à Jésus : « Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque ? »
La porte de la semaine sainte s’ouvre.
Dimanche des Rameaux et de la Passion. Deux qualificatifs pour une seule et même célébration. La joie de l’accueil triomphant de Jésus à Jérusalem et le scandale de la passion et de la croix.
Ce dimanche est, par sa teneur, insupportable. Comment peut-on, en moins de deux heures, passer de la plus grande exaltation à la douleur la plus insupportable ?!… Comment peut-on passer sans sourciller de la gloire à la mort du même homme ?!…
Le dimanche des Rameaux et de la Passion est un condensé du Triduum pascal, le condensé des trois jours saints. Nous sommes ce peuple qui, bien qu’intelligent et correctement formé, se laisse manipuler. Nous attendons le messie, le sauveur d’Israël, le prince de nos vies, celui qui vient combler nos attentes. Nous l’avons reconnu en Jésus, le Fils de l’homme.
Il est l’espérance de chaque homme, et – pour être paritaire de chaque femme – notre cœur l’a reconnu. Il est le Fils de Dieu, il est le créateur de toute chose, il est le maître de toute chose, notre foi le reconnaît.
Il entre à Jérusalem, il vient vivre avec nous le grand passage. Nous sommes comme le peuple hébreu esclave, il vient nous libérer. Hosanna ! Hosanna ! Nous chantons et nous proclamons notre joie. Il est avec nous, alors qui sera contre nous ?!…
Mais, bien vite, arrivent les préparatifs du repas. Ce repas pris en toute hâte, ce repas du départ, ce repas qui sera le dernier repas. Les disciples n’en savent rien, mais nous nous connaissons l’histoire. Déjà Judas a prémédité son œuvre. Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes, nous le savons, nous allons y participer. Où sommes-nous ? Au jardin de Gethsémani, au pressoir qui va voir des larmes de sang couler sur le visage du Christ, ou bien à table avec les disciples ?
Jésus nous enseigne à devenir serviteurs. Nous, qui parfois, pour moins de trente pièces, acceptons de livrer et de renier. Les jours suivants vont s’enchaîner à une vitesse vertigineuse : procès, crucifixion, mise au tombeau. Un seul mouvement pour éliminer celui qui nous empêche de nous prendre pour ce que ne nous sommes pas : les maîtres de tout, Dieu sur terre.
Le dimanche des Rameaux et de la Passion est cette célébration qui va se dérouler en trois jours, à partir de ce jeudi. Elle est le condensé de ce que les trois jours saints sont en substance, une même et seule célébration.
Le dimanche des Rameaux et de la Passion est ce dernier moment du temps du carême où le Christ nous demande de choisir entre la vie et la mort, entre la vérité et le mensonge, entre l’espérance et le néant.
Entrons par cette porte que le Christ nous ouvre et, une dernière fois, acceptons de nous laisser regarder par les yeux d’amour et de gratitude de celui que nous laissons prendre. Père Jorge JIMENEZ

Diocèse de Lyon

Flux L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Ils le condamneront à mort » (Mt 20, 17-28)

Le saint du jour