Home » Accueil (Page 2)

feuille hebdomadaire du 20 au 28 janvier 2024

ÉDITORIAL du 14 janvier 2024 – 2e dimanche du Temps Ordinaire – année B

Ecoutez l’homélie du Père Jorge Jimenez

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1, 35-42

Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus. Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi – ce qui veut dire : Maître –, où demeures-tu ? » Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. Quelle pourrait être notre réponse à la même question de Jésus adressée aux disciples
de Jean : « Que cherches-tu ? ».

Auteur : Marko Rupnik, s.j., mosaïque, Centre Aletti, Rome


Sans doute qu’en ce début d’année, notre liste serait aussi longue que celle d’un enfant qui écrirait au père Noël. Le « que cherches-tu ? » devient un « que veux-tu ? ». La question du vouloir est facile à traiter. Paix, justice, amour, santé, travail, patience et mille autres demandes que nous égrenons bien volontiers en formulant nos vœux en ces premiers jours de l’année civile. Des vœux qui expriment notre bienveillance.


La demande du « que cherches-tu » est bien plus délicate. Elle nous implique et suppose que nous soyons dans une véritable dynamique qui nous engage. Il faut que tu cherches, cela ne viendra pas sans rien faire. Finalement, cherches-tu vraiment ou attends-tu « que ça se passe » ? Que pourrions-nous chercher qui intéresse Jésus au point de lui faire modifier sa journée ? La seule chose qui puisse arrêter Jésus est de trouver des chercheurs de sens, des chercheurs de vie. « Quelle vie veux-tu vivre ? » entendons-nous à présent.
Une vie pleine, et non pas une vie en creux. Une vie qui s’épanouit de jour en jour, qui dilate notre cœur et ouvre nos mains. Une vie d’amour et de don. En un mot, une vie comme la tienne, Jésus.
Alors la question des disciples devient « quel est ton lieu, d’où nous parles-tu ? » Notre vie s’en trouve bouleversée. Jean-Baptiste te nomme « l’agneau de Dieu ». Nous ne comprenons pas cette appellation. Nous te suivons pour comprendre et tu nous interpelles. Que vis-tu ? Nous voulons partager ta vie.
Venez, et vous verrez. Quelle réponse désarmante ! Jésus ne donne pas de recette. Il invite au partage. « Venez partager ma vie. » Nul doute que ce partage commence par un long moment de discussion.
« Venez, venez là où je demeure, et vous découvrirez que ce n’est ni dans une maison de pierre ni sous une toile de tente. Vous découvrirez que je demeure dans le cœur du Père, dans le cœur de Dieu et dans votre cœur.
Chaque fois que vous accepterez de vous risquer à vivre, je serai là. » Jésus invite ses disciples à faire cette expérience d’une vie en plénitude.
Cette expérience les renforce et les stimule, au point qu’ils deviennent témoins et missionnaires, qu’ils acceptent de s’y risquer.
La vie se manifeste, il ne faut pas la laisser se perdre. Il y a une obligation, il faut maintenant aller chercher celui qui cherche. De suiveurs ils deviennent disciples.
Dans cet évangile, André, Jésus et Pierre sont nommés, mais il y a l’autre disciple dont le nom est resté dans le cœur de l’évangéliste.


Pourrait-il être notre nom ?


Père Jorge JIMENEZ

ÉDITORIAL du 24 décembre 2023 – 4e dimanche de l’Avent – année B

Ecoutez l’homélie du Quatrième dimanche de l’Avent du Père Jorge Jimenez

Ecoutez l’homélie de la Veillée de Noël du Père Jorge Jimenez

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc, 1, 26-38

L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »

Nous allons vivre une expérience théologique tout à fait remarquable, ce 24 décembre. C’est le fameux « déjà là et pas encore ». Dimanche, c’est déjà Noël, mais pas encore. Ce matin, nous sommes réunis pour la messe du quatrième dimanche de l’Avent et dans quelques heures, nous allons chanter les premiers cantiques de la Nativité. Ce matin, nous méditons l’évangile de l’Annonciation et dans quelques heures, c’est celui de la naissance qui sera commenté.

Tout concourt à une ellipse, à un « déjà là et pas encore ». Il y a une contraction du temps que nous sentons aujourd’hui bien plus que les années précédentes. Le « déjà là s’exprime par le récit de la naissance qui a déjà résonné dans les églises le 8 décembre et que nous retrouvons ce matin. L’Église nous fait lire la conception virginale de Jésus. Marie, vierge et mère, préservée du péché originel par une grâce émanant de la mort de son Fils. Marie, Mère du Christ et mère de l’Église, est la seule mère qui conserve sa virginité. Elle devient même doublement mère. Elle reçoit non seulement de porter en elle le Fils de Dieu, mais elle recevra aussi la maternité de l’Église, et celle de chacun de ses membres. Marie va nous offrir ce soir le Sauveur du monde, le prince de la Paix. Cette paix que nous croyons connaître et qui, en fait, est si malmenée à quelques heures d’avion de nos réveillons. La paix qui est déjà là et pas encore là. La liturgie de ce soir nous fera entendre le bruit des bottes dans la nuit et voir le sourire de l’Enfant dans la mangeoire. Un autre contraste, une autre réalité que nous pourrions aussi côtoyer.

La vierge devient mère, l’enfant est posé au cœur d’un monde qui ne sait pas qui il est. Ce « il » est double, lui aussi. Qui est cet enfant Jésus que le monde voudra éliminer et quel est ce monde que le Christ vient sauver ? C’est l’ellipse de la mangeoire.

Nous serons quelques-uns, ce 24 décembre, à vivre les deux liturgies. Il nous est demandé d’accueillir ces ellipses en gardant la tête froide. Ce soir de Noël sera à nul autre pareil, car ce soir, et uniquement ce soir, le Christ va emprunter le chemin de l’humanité pour la conduire à son plein accomplissement. Là se trouve la seule vraie théologie de ce soir. Avec Marie, nous avons la figure de l’humanité accomplie. En ayant vécu la joie de la maternité et le deuil de son fils unique, en pleine conscience, elle est la seule à offrir sans cesse, et à chacun de nous, son amour et sa foi.

À notre tour, dans ce monde désorienté, nous devons pouvoir offrir l’espérance d’un autre monde possible. Ce soir, beaucoup vont nous rejoindre dans les églises sans savoir très bien pourquoi il faut se retrouver dans une église la nuit de Noël. À nous de leur offrir la réponse de l’Amour de Dieu pour eux, car ils le cherchent et désirent vivre en vérité. Offrons-leur cette expérience de Dieu, cette expérience théologique.

Joyeux Noël !

Père Jorge JIMENEZ

Association du clocher de Dommartin

Invitation le vendredi 12 janvier à 19h30 – salle Malataverne à Dommartin

Vous pouvez télécharger l’invitation et le bulletin d’inscription

ÉDITORIAL du 17 décembre 2023 – 3e dimanche de l’Avent – année B

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1, 6-8.19-28

Ils lui posèrent encore cette question : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? » Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. » Cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait.


Nous voici avec Jean de l’autre côté du Jourdain. Nous sommes spectateurs d’un interrogatoire en règle. Mais que veulent ces prêtres et ces lévites ? Pourquoi aller près de Jean pour lui demander qui il est ? Jean représenterait-il une menace pour l’ordre établi ?
La question est simple et pourtant si compliquée : Qui es-tu ? Que pourrions-nous répondre si elle nous était posée… Il est simple de décliner son identité, de se situer dans une famille, dans le monde professionnel, mais comment répondre en vérité à une question qui nous demande de donner le sens de notre vie ?

Le « qui es-tu » trouve trop facilement une réponse dans le « que fais-tu ». Jean ne choisit pas cette facilité, mais il nous dit qui il n’est pas. La réponse de Jean est celle de l’humilité incarnée. Il n’est pas le grand prophète Elie qui, de ses mains nues, a vaincu les faux prophètes de Baal. Elie est ainsi devenu le héraut de la vérité. Il n’est pas non plus le prophète annoncé par les Écritures, il n’est pas le rameau de Jessé, celui qui doit venir libérer le peuple de la corruption et lui rendre l’espérance. Il n’est pas le nouveau David qui doit unifier le peuple et vaincre l’occupant de manière définitive.


« Qui es-tu ? » Jean doit répondre à cette question. Sa réponse se fait témoignage. Lui, qui n’est ni la lumière, ni le messie, doit préparer ses détracteurs à la rencontre de celui qui est la véritable lumière et le messie attendu.
« Je suis la voix qui crie dans le désert, je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales.
Celui que vous cherchez se tient au milieu de vous
».
Le témoignage est complet. Jean ne s’attarde pas sur lui-même, il n’est pas important, il n’est qu’une voix, qu’une trompette qui corne, il n’est que l’annonciateur, le précurseur. Il passe devant pour ouvrir le chemin, il se fait chemin, chemin de rencontre pour mieux s’effacer devant celui qui vient. Il s’abaisse devant lui : même par cet acte, il est trop présent, trop visible. Il ne se reconnaît pas la dignité de servir Jésus. Jean s’efface pour que la rencontre puisse se faire. Il ne faut pas douter du possible de cette rencontre. Il est là au milieu de nous.

Cette parole doit, aujourd’hui, résonner en nous comme un électrochoc. Il est là, mais l’ai-je rencontré ? Il est là, est-ce que mon cœur est en joie ? Il me faut manifester cette joie. Au cœur de mon trouble, de mes doutes, de mes incapacités et de mon ignorance, le Seigneur est à mes côtés pour me faire partager sa Vie. Ce dimanche est en rose car, comme le dit le pape St Jean Paul II : Savoir que Dieu est proche, attentif et plein de compassion, (…), qu’il est un père miséricordieux qui s’intéresse à nous dans le respect de notre liberté, est motif d’une joie profonde.


Père Jorge JIMENEZ

Feuille paroissiale du 9 au 16 décembre

ÉDITORIAL du dimanche 10 décembre 2023 – Deuxième dimanche de l’Avent

Retrouvez la feuille paroissiale du 9 au 16 décembre

Ecoutez l’homélie du Père Jorge Jimenez

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1, 1-8

Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »

Que de voix crient en notre temps, et combien de voix ont crié et crieront encore… Nous nous préparons à accueillir la naissance du Christ et il semble que, depuis le jour de sa naissance jusqu’à aujourd’hui, le cœur de l’homme soit sourd aux cris de l’humanité. Il y a là un paradoxe fondamental : nous sommes sourds à notre propre cri.

Qui donc crie ? L’évangile de ce jour nous relaie la parole d’Isaïe et celle du Baptiste. Il y a une double voix dans le désert qui crie et murmure. L’une invite à rendre le monde praticable, l’autre en donne le chemin. Que pourrait être un monde praticable, un monde sans aspérités ? Un monde où les chemins sont droits… La question n’est pas géographique, elle est humaine. Qui plus que l’homme est tortueux et torturé ? Qui plus que l’homme a besoin de retrouver le véritable essentiel ? Jean paraît dans le désert, il invite à la conversion. Il demande de faire le chemin nécessaire pour retrouver la vérité et la justice. Il demande d’abandonner les chemins de traverse et de compromission. Nous l’entendons par tous nos sens annoncer une nécessaire simplification de nos vies. « Abandonnez ce qui ne vous construit pas, ce qui vous détourne de la vie. »

Le désert est ce lieu d’épreuve, mais il est surtout celui de la rencontre. Lieu où Dieu se laisse rencontrer et où chacun est invité à se retrouver. Le désert est le lieu où Dieu nous donne rendez-vous avec nous-mêmes. Jean baptise dans l’eau. L’eau est l’élément essentiel à la vie, mais elle peut être aussi un élément de mort. Il y a dans le baptême de Jean bien plus que le bain rituel de purification extérieure. Il y a une invitation à mourir à notre nonsens pour accueillir la vie. Jésus vous baptisera dans l’Esprit Saint. Cette parole, hier comme aujourd’hui, est bien mystérieuse. L’Esprit Saint sera la présence de Dieu en nous. Il sera notre guide et notre conseiller. En nous baptisant dans l’Esprit Saint, Jésus nous baptisera en lui. Il nous fera devenir un autre lui. Pour nous préparer à accueillir celui qui vient et qui nous recrée par l’Esprit Saint, demandons à Dieu de nous accompagner sur ce chemin de conversion : qu’il nous permette de faire le chemin nécessaire à sa rencontre.

Jean avoue qu’il n’est pas capable de défaire la courroie des sandales de celui qui vient. Il nous dit ainsi qu’il n’est pas capable d’accueillir pleinement le Christ dans la totalité de sa personne. L’image qu’il utilise est celle de l’époux qui ôte les sandales de son épouse et se met à genoux devant elle pour la recevoir en totalité. Comme Jean, nous sommes conscients que jamais nous ne pourrons accueillir le Christ dans la totalité de sa personne, mais nous pouvons humblement demander d’entrer dans le mystère de l’Incarnation et de pouvoir, par lui, ouvrir nos cœurs aux cris de notre temps.

Père Jorge JIMENEZ

Fête du 8 décembre 2023

Fête de l’Immaculée Conception

Messes à 19h00 à Lentilly et Charbonnières

Ecoutez l’homélie du Père Jorge Jimenez

L’église de Dommartin illuminée par les lumignons des paroissiens

L'église de Dommartin, le 8 décembre 2023

Soirée crêpes dès 20h00 pour tous les jeunes à la maison Saint Roch à Charbonnières

L’amour obstiné de Dieu pour nous

Depuis le 1er péché, Dieu ne cesse de chercher l’homme : « Adam, où es-tu ? » Et l’homme, pourtant conscient de sa fragilité, ne cesse de se dérober. L’homme a pris conscience de sa fragilité : il est nu. Désormais en plus, il a perdu l’harmonie avec la création. Il accuse sa femme, qui accuse le serpent. Pourtant Dieu cherche l’homme, et n’arrête pas de le chercher.

Enfin, il se prépare une créature qui sera capable de l’écouter. Elle se trouve dans la même situation que Eve avant la chute. Elle exerce sa liberté, et elle dit « oui ». « Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta Parole ». Ici commence une nouvelle histoire, mais c’est encore en germe.

  • Contemplons Marie : humble, ce qui permet à Dieu de l’élever.
  • Courageuse, à travers son oui, qui transforme sa vie
  • Fidèle à Dieu, elle traverse toutes les épreuves en gardant toute sa confiance donnée dans son « oui ».

Elle devient ainsi tabernacle divin, celle qui contient celui qui contient tout, et préfiguration de ce que doit être l’Église – ce qu’elle est déjà dans le cœur de Dieu.

3 soirées de formation : Noël, Pâques, Pentecôte

Le cœur de la foi de l’Eglise, Lumière pour la vie des Hommes

Les 17, 24 et 31 janvier 2024, à la salle paroissiale Saint-Roch, Charbonnières les Bains

Concert de Noël en l’église Saint-Pothin de Lyon, ce Dimanche 10 décembre, à 16h30

Le grand chœur de l’université catholique de Lyon offre un concert de Noël en l’église Saint-Pothin, ce dimanche 10 décembre, à 16h30. Nous chanterons, cette année, « le Bon Roi Wenceslas » de Bob Chilcott, et d’autres pièces de Noël.

En espérant vous y retrouver et avec mes prières

Michel Raquet

Diocèse de Lyon

Flux L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Ils le condamneront à mort » (Mt 20, 17-28)

Le saint du jour