Home » Accueil » ÉDITORIAL – Dimanche 5 février 2023 – 5ème dimanche du Temps Ordinaire – année A

ÉDITORIAL – Dimanche 5 février 2023 – 5ème dimanche du Temps Ordinaire – année A

Retrouvez toutes les informations paroissiales dans la feuille paroissiale n° 6

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5, 13-16

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. » »

Sel et lumière, voilà ce que nous sommes ! Sel affadi et lumière obscure, voilà deux écueils qui se présentent à nous. Le Seigneur nous met en garde et il faut reconnaître, sans vouloir faire de tort à personne, que bien souvent, nous sommes fades et obscurs.

Donnons-nous vraiment envie d’être chrétien ? Je n’ose m’aventurer à donner une réponse. Reprenons les éléments de comparaison que Jésus utilise dans cet évangile, qui fait suite aux béatitudes et que nous avons médité la semaine dernière.

Le sel et la lumière.

Le sel est une monnaie d’échange et un produit d’offrande. Il ne faut pas oublier les deux aspects de ce bien précieux : monnaie et produit. La monnaie se comprend sans problème : on paie avec du sel et l’on paie pour le sel. Il y a les routes du sel, car sans sel, pas de conservation, pas de nourriture et, finalement, pas de vie.

Jésus nous compare à du sel. Ce sel qui est aussi offert en sacrifice par les prêtres au temple de Jérusalem. Les holocaustes ou les sacrifices de communion étaient accompagnés d’offrandes de sel. Les holocaustes étaient entièrement consumés sur l’autel pour Dieu, et les sacrifices de communion étaient partagés avec le peuple.

Vous êtes des offrandes, pourrions-nous aussi bien lire, vous êtes des offrandes qui sont pour Dieu et pour le peuple. Dans ce sens, la remarque de Jésus à ses disciples prend effectivement une toute autre saveur. Si nous sommes pour Dieu et pour le peuple, nous ne pouvons pas être fades. Notre vie, nos engagements doivent manifester ce double mouvement pour Dieu et pour nos frères. Offerts à Dieu, nous devons nous donner à nos frères, leur manifester et leur révéler le don de Dieu qu’ils sont et qui leur est fait. Leur vie a de la valeur, elle est un don de Dieu, et elle a de la saveur.

De même pour la lumière, qui a pour fonction de révéler. Ce qui est à la lumière est mis en valeur et doit être vu. La lumière est le signe du chrétien. Il est lumière pour mettre en lumière.  Il a pour mission de révéler le don de Dieu en chaque homme et en chaque femme. Ce qui est à la lumière ne peut être caché. Les dons de Dieu ne peuvent être cachés, ils sont parfois enfouis ou oubliés, mais jamais perdus. Notre mission est de les faire venir à la lumière. Si nous réussissons à les remettre en lumière, nous éclairons chaque vie et chaque vie devient à son tour une offrande et une lumière.

C’est ainsi que l’amour de Dieu devient contagieux, comme la lumière, c’est en le partageant qu’il se multiplie. Ainsi, en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre père qui est aux cieux. Ne soyons plus ni fades ni obscurs, mais donnons du goût et révélons les dons de Dieu en nous et autour de nous.

Père Jorge JIMENEZ

Que votre lumière brille devant les hommes
Diocèse de Lyon

Flux L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Ils le condamneront à mort » (Mt 20, 17-28)

Le saint du jour