Home » Accueil » ÉDITORIAL – Dimanche 26 février 2023 – 1er dimanche de Carême A

ÉDITORIAL – Dimanche 26 février 2023 – 1er dimanche de Carême A

Retrouvez toutes les informations paroissiales dans la feuille paroissiale n° 9.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 4, 1-11

« En ce temps-là, Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. Le tentateur s’approcha… »

Avez-vous bien fini tous vos chocolats de Noël ? Je l’espère, car sinon, il faudra attendre un peu plus de quarante jours. Un peu plus, car, comme vous le savez, les dimanches et les solennités n’entrent pas dans le comput ecclésiastique des Quarante. Je vous laisse vérifier.

Le baptême de Jésus précède les tentations au désert. Il est comme un prélude à ce temps long d’épreuve et aussi, sans doute, de formation, dans un cœur à cœur avec Dieu son Père. Jésus a faim. Il est rattrapé dans son humanité par ce manque. Il y a une opportunité pour le tentateur. La faille est ouverte, il faut s’engouffrer. Trois lieux de tentation nous sont présentés : le manque, la défiance et le pouvoir.
Ces trois tentations en fait relèvent d’un même principe : je ne suis pas tout. J’ai besoin de manger, j’ai besoin que l’on prenne soin de moi et j’ai besoin d’être aimé. Nous nous reconnaissons tous dans ces trois besoins, qui pourraient être les besoins fondamentaux de vivre, être en sécurité et être en relation.
Le besoin de vivre semble n’être qu’organique : il me faut alimenter la machine pour qu’elle fonctionne. Mais pour quelle finalité ? Manger pour manger devient une pathologie. Mais manger pour vivre devient une évidence, et la vie en plénitude, nous l’obtenons par notre lien à la Parole de Dieu. Jésus nous dit, lors de cette première tentation, que nous serons pleinement des vivants quand la Parole de Dieu prendra vie en nous. Ce n’est plus moi qui vis mais la Parole, et donc le Christ, qui vit en moi. C’est à ce moment-là que je serai pleinement moi. Quand la Parole de Dieu aura rempli mes manques et mes failles.
Le second besoin est ce besoin de prendre soin. Les anges devraient prendre soin de nous, et sans doute le font-ils, mais c’est la tentation de l’individualisme. Ai-je besoin de quelqu’un ? Est-ce que je peux être seul dans le monde, sans Dieu ni maître ? Cette tentation est sournoise, car elle se dissimule sous un semblant de capacités accrues. En fait, elle témoigne d’une incapacité à remettre sa vie entre les mains de Dieu et d’un orgueil démesuré. Je ne suis rien que je n’ai reçu. Est-on capable de reconnaître que nous avons reçu de Dieu la vie, la croissance et l’être ? Est-on capable de reconnaître que nous lui sommes redevables de ce que nous sommes et de ce que nous faisons ?
Le dernier besoin est celui de la relation. C’est le plus simple à comprendre, mais peut être aussi le plus difficile à accueillir. J’ai besoin de l’autre, l’autre mon égal, mais aussi l’autre mon Dieu. Je suis en relation constante avec Dieu et sans doute je relègue cette relation à quelques heures par semaine, dans le meilleur des cas.
La vie, le prendre soin et la relation sont fondamentalement ce qui me spécifie, tout est orienté pour une vie pleine et épanouie. Mais elle ne le sera vraiment qu’en lien avec le Créateur. Si c’est ainsi, que craignons-nous ? Le carême est ce temps où nous devons revisiter nos besoins fondamentaux et les orienter d’une manière plus consciente vers le plein accomplissement de ce que nous sommes, en lien avec nos frères, sous le regard de Dieu.
Bon Carême
Père Jorge JIMENEZ

Diocèse de Lyon

Flux L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Vous donc, priez ainsi » (Mt 6, 7-15)

Le saint du jour