Home » Accueil » ÉDITORIAL – Dimanche 19 février 2023 – 7e dimanche du Temps Ordinaire A

ÉDITORIAL – Dimanche 19 février 2023 – 7e dimanche du Temps Ordinaire A

Retrouvez toutes les informations paroissiales dans la feuille paroissiale n° 8.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5, 38-48

« En ce temps- là, Jésus disait à ses disciples :  » Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Œil pour œil, et dent pour dent’. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre » ».

Je vais faire tomber un mythe. Le chrétien n’est pas un soumis ! Tendre l’autre joue n’est pas un acte de lâcheté, c’est tout le contraire. Pourquoi ? Prenons deux secondes pour comprendre la phrase de l’évangile de ce jour : « si l’on te frappe sur la joue droite ».

Avez-vous déjà essayé de donner une gifle sur la joue droite ? Vous n’avez jamais réfléchi à la question. Mettez-vous en situation : la personne est devant vous, et vous voulez lui décocher une magnifique baffe. Vous êtes droitier comme la majorité des personnes, et vous levez la main. Vous voyez la scène, oui, j’en suis sûr. Votre main et tous ses doigts vont atterrir sur la joue gauche de votre adversaire.

Oui, la gauche et non la droite, sinon vous êtes derrière lui et vous le frappez dans le dos. Et, pour le coup, ce n’est pas bien… pas bien du tout.  Donc, pour tendre l’autre joue, vous n’avez qu’une solution : vous retourner et donc faire face à votre adversaire.

Faire face, c’est donc le regarder face à face, dans les yeux et là, une parole peut surgir. Le chrétien est celui qui fait face, qui amorce le dialogue, qui prend le temps d’une parole qui conduit à une compréhension, voire à une réconciliation. Toute cette page d’évangile nous invite à ce mouvement de bienveillance.

Accepte une parole, qui peut être un reproche, et tente de comprendre ce qui a pu te blesser. Une violence ne doit pas engendrer une violence. Un de mes chefs scouts, il y a bien longtemps, disait que la violence est la dernière ressource de l’incompétence. Nous pourrions compléter avec une maxime du genre : le dialogue est le lieu de toutes les solutions.

L’Évangile nous prépare à la vie chrétienne avec le dialogue, le partage et l’accompagnement. Ce sont trois manières de vivre ce mot qui, depuis peu, est à la mode et qui semble être une découverte de notre siècle : la bienveillance. N’est-ce pas le cœur même de notre foi ? Bienveillance, miséricorde et empathie.

Si les chrétiens ne vivent pas cela, qui pourra montrer au monde que nous sommes frères et que nous sommes sauvés ? Les païens n’en font-ils pas autant ? À nous de témoigner de cet amour incommensurable que le Christ a manifesté au genre humain et d’en être à notre tour les hérauts vivants.

Cela nous prépare assez bien au Carême qui approche, ne trouvez-vous pas ?

Père Jorge JIMENEZ

Diocèse de Lyon

Flux L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Ils le condamneront à mort » (Mt 20, 17-28)

Le saint du jour