Home » Accueil » Dimanche 15 mars – 3ème dimanche de Carême

Dimanche 15 mars – 3ème dimanche de Carême

Évangile selon Saint Jean chapitre 4, versets 5 à 42
Jésus rencontre la Samaritaine

Jésus arrivait à une ville de Samarie appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph, et où se trouve le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était assis là, au bord du puits. Il était environ midi.
Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. » (En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter de quoi manger.)
La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi qui es Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » (En effet, les Juifs ne veulent rien avoir en commun avec les Samaritains.)
Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu, si tu connaissais celui qui te dit : ’Donne-moi à boire’, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. »
Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond ; avec quoi prendrais-tu l’eau vive ?

Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? »
Jésus lui répondit : « Tout homme qui boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui source jaillissante pour la vie éternelle. »
La femme lui dit : « Seigneur, donne-la-moi, cette eau : que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. »
Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et reviens. »
La femme répliqua : « Je n’ai pas de mari. » Jésus reprit : « Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari, car tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari : là, tu dis vrai. »
La femme lui dit : « Seigneur, je le vois, tu es un prophète. Alors, explique-moi : nos pères ont adoré Dieu sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut l’adorer est à Jérusalem. »

Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous adorons, nous, celui que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »
La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. »
Jésus lui dit : « Moi qui te parle, je le suis. »
Là-dessus, ses disciples arrivèrent ; ils étaient surpris de le voir parler avec une femme. Pourtant, aucun ne lui dit : « Que demandes-tu ? » ou : « Pourquoi parles-tu avec elle ? »
La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens : « Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Messie ? »
Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers Jésus.
Pendant ce temps, les disciples l’appelaient : « Rabbi, viens manger. »
Mais il répondit : « Pour moi, j’ai de quoi manger : c’est une nourriture que vous ne connaissez pas. »

Les disciples se demandaient : « Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ? »
Jésus leur dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et d’accomplir son oeuvre.
Ne dites-vous pas : ’Encore quatre mois et ce sera la moisson’ ? Et moi je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs qui se dorent pour la moisson.
Dès maintenant, le moissonneur reçoit son salaire : il récolte du fruit pour la vie éternelle, si bien que le semeur se réjouit avec le moissonneur.
Il est bien vrai, le proverbe : ’L’un sème, l’autre moissonne.’
Je vous ai envoyés moissonner là où vous n’avez pas pris de peine, d’autres ont pris de la peine, et vous, vous profitez de leurs travaux. »
Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus, à cause des paroles de la femme qui avait rendu ce témoignage : « Il m’a dit tout ce que j’ai fait. »
Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y resta deux jours.
Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de ses propres paroles, et ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons maintenant ; nous l’avons entendu par nous-mêmes, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. »

Méditation continue de l’évangile de Jean.

La liturgie de ce troisième dimanche de Carême nous donne à méditer une des scènes les plus extraordinaires de l’évangile où Saint Jean nous dévoile le mystère du don de Dieu ?

Ce mystère est sous le symbole de l’eau qui féconde la terre et donne la vie au monde.

Jésus se présente au puits de Jacob comme celui qui a soif, qui a besoin d’aide et qui est fatigué par la route.

La chaleur du midi est écrasante, il s’assied sur la margelle du puits.

Sa demande d’eau prend la Samaritaine par surprise. Les juifs contractaient une impureté légale, s’ils acceptaient de la part des samaritains, un simple verre d’eau fraiche. De là, la question de la Samaritaine lorsque Jésus lui demande : «Donne-moi à boire » : ‘’comment, toi qui est juif, tu me demandes à boire ?’’

La préface de ce dimanche nous dit : ‘’en demandant à la Samaritaine de lui donner à boire, Jésus faisait à cette femme le don de la foi. Il avait un si grand désir d’éveiller la foi dans son cœur, qu’il fit naitre en elle l’amour même de Dieu.

Il était environ midi, l’heure où le soleil est au zénith, où il n’y a pas d’ombre.

L’invitation nous est donnée d’ouvrir nos zones d’ombre, nos chambres noires pour qu’il vienne y demeurer, car il n’y a pas de ténèbres en Lui.

Jésus scrute son cœur féminin avec délicatesse. Il a deviné sa soif de bonheur, que n’apaisent pas les amours de passage.

Midi n’était pas l’heure, le moment pour puiser de l’eau.

La Samaritaine, mal vue dans son village, choisit, elle, cette heure pour ne rencontrer personne.

Ou bien Saint Jean veut-il nous faire entendre que c’est l’heure de la pleine lumière et que la lumière du monde vient de se lever sur la Samarie et sur ‘’notre Samarie’’, avec la révélation du Messie.
Le don de Dieu, c’est Jésus lui-même, c’est de le connaitre.

Jésus le dira dans sa dernière prière :

« La Vie Eternelle, c’est qu’ils te connaissent, Toi et Celui que tu as envoyé » Jean 17.
Jean nous fait comprendre qu’avec la venue du Messie, la phase du monde est changée, les temps sont accomplis.

L’heure vers laquelle tendait toute l’histoire humaine a sonné.

Désormais le culte n’est plus une affaire de lieu, de temple ni de montagne, l’eau vive jaillit dans chaque cœur croyant.

Jésus ouvre chez la Samaritaine un chemin intérieur qui fait apparaitre en elle le désir de quelque chose de plus profond.
S’il existe une soif physique indispensable pour vivre sur cette terre, existe également chez l’homme, une soif spirituelle que Dieu seul peut combler.

« Ouvre-toi à l’Esprit et sois libre dans le Christ. »

Bonne méditation

Abbé Philémon Mutware

Diocèse de Lyon

RSS L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Tu es le Christ, le Messie de Dieu. – Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup » (Lc 9, 18-22)

Le saint du jour