Home » Accueil » ÉDITORIAL du 31 mars 2024 – Dimanche de Pâques

ÉDITORIAL du 31 mars 2024 – Dimanche de Pâques

Ecoutez l’homélie du Père Jorge Jimenez pour la veillée Pascale

Ecoutez l’homélie du Père Jorge Jimenez pour le dimanche de Pâques

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20, 1-9.

C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

Elle court, elle court vite.
Marie Madeleine ne peut s’empêcher de courir vers Simon Pierre et l’autre disciple.
Nous savons tous que cet inconnu est le rédacteur de l’évangile, l’apôtre Jean, celui que Jésus aimait, mais comment se nommer soi-même dans cette aventure qui est celle de la foi …
Elle court, et eux aussi se mettent à courir, comme s’il y avait une urgence : la parole de Marie Madeleine a provoqué en eux un trouble. A-t-on volé le corps ? Que s’est-il passé ? Leur maître est mort, ils l’ont vu sur la croix, ils l’ont accompagné dans ce tombeau neuf, la pierre a été roulée et deux gardes ont veillé toute la nuit. Que vient nous dire cette femme ?
Ils courent, il y a urgence.
Les voilà tous deux face à cet impossible. La pierre est roulée. Pierre regarde et ne voit que ce qui est matériel, les linges pliés. L’autre disciple ne voit rien, et il croit.
Ces mêmes linges, posés à plat, n’ont pas la même signification pour les deux disciples. Pour l’un, ils n’évoquent rien, pour l’autre ils sont le signe d’une absence.
Jésus n’est plus là. Il est parti, il a mis de l’ordre. Tout est à sa place. Tout est accompli.
Si Jésus n’est plus là, c’est que sa parole a dit vrai. ‘Je ressusciterai d’entre les morts, je me réveillerai de la mort’. Il l’a fait. S’il n’est plus là, c’est qu’il est ailleurs. A-t-on déjà vu des morts quitter leur tombeau ? Jésus est donc vivant.
La foi de Jean est surprenante, elle se base sur la relation qu’il avait entretenue avec Jésus. Ce n’est pas son intelligence qui déduit des objets la véracité de la résurrection.
Nulle intelligence ne peut déduire d’un lieu vide et rangé, la résurrection. Il n’y a que le lien de confiance et d’amour qui peut voir, dans le rien, la vérité d’une parole.
Jean aime et nous invite à aimer. Jean laisse son coeur s’exprimer. Il crut.
Il y a déjà quelques années que nous assistons fidèlement à l’office de Pâques. Nous faisons nos pâques, comme la tradition nous demande de le faire. Mais que faisons-nous au juste ? Un acte social, obéir à une règle ou répondre à une exigence d’amour.
Faire ses pâques, ce n’est pas assister à une messe une fois par an, pour être en règle, c’est accepter de faire un passage.
Pâques est le passage du peuple juif de l’esclavage à la terre de liberté, ils ont traversé la mer. Pour le Christ, c’est le passage de la mort à la vie, il a traversé notre ennemi héréditaire. Et pour nous, quel est le passage que nous sommes invités à faire cette année ? Allons-nous traverser le doute, l’habitude, les convenances, pour devenir disciples du Ressuscité ?
Le Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité !

Père Jorge JIMENEZ

Diocèse de Lyon

Flux L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Ce n’est pas Moïse, c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel » (Jn 6, 30-35)

Le saint du jour