Home » Accueil » ÉDITORIAL du 3 mars 2024 – 3 e dimanche de Carême – année B

ÉDITORIAL du 3 mars 2024 – 3 e dimanche de Carême – année B

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 2, 13-25

Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs.

Peut-on dire qu’il y a une sainte colère ? Jésus, devant les marchands du Temple, s’emporte et détruit les étals. Avait-il tort ou raison ?
Il prive des commerçants de leur outil de travail, mais il fait avant tout respecter la dignité du Temple. Ce faisant, il dénonce également les compromis et compromissions des prêtres et pharisiens en charge de ce lieu saint. Un guide me disait lors d’un pèlerinage en Terre sainte : « Tu sais, ici, c’est simple : tout est compliqué ».
Cette phrase peut parfaitement illustrer notre réaction vis-à-vis de ce que vient de faire le Christ. Mais aussi, d’une façon plus générale, elle illustre les atermoiements de nos vies. Pendant les quarante jours du Carême, nous allons relire notre histoire, et sans aucun doute, nous arrêter sur des moments qui nous ont fait souffrir, ou des moments où nous avons fait souffrir.
Quelle va être notre attitude face à ces événements ? Nous auto-justifier et nous absoudre, ou essayer de comprendre ce qui était en jeu à ce moment-là, et les raisons de cette réaction excessive… Une fois cette démarche accomplie, il ne nous restera plus qu’à vivre une réconciliation, d’abord avec nous-mêmes, puis, si cela est possible, avec nos frères et devant Dieu.
Père Jorge JIMENEZ

Diocèse de Lyon

Flux L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Ce n’est pas Moïse, c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel » (Jn 6, 30-35)

Le saint du jour