Home » Accueil » ÉDITORIAL du 10 mars 2024 – 4ème dimanche de Carême – année B – (Laetare)

ÉDITORIAL du 10 mars 2024 – 4ème dimanche de Carême – année B – (Laetare)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 3, 14-21

Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises.

Nous voici au dimanche de Laetare, dimanche de la joie. Les lectures que l’Église nous donne à méditer connotent bien peu ce que, communément, nous appelons « la Joie » temple détruit, profanation, dispersion, esclavage, exil. La première lecture nous dépeint un tableau peu réjouissant des conditions de vie des Israélites au temps de

Nabuchodonosor. Il nous serait presque facile de reprendre les grands thèmes énoncés et de faire un parallèle avec ce que certains de nos contemporains vivent ou subissent. Les mêmes exactions se retrouvent, il suffit de se déplacer un peu sur le globe terrestre. D’où nous viendra le salut !

Tel est le cri qui pourrait jaillir du fond de ces nuits subies. Dans l’histoire du peuple élu, le même cri a été émis et entendu. Face aux morsures des serpents dans le désert, la santé a été retrouvée lorsqu’ils se sont tournés vers le mât que Moïse brandissait. Lors de la désolation de l’exil, Darius, roi perse, invite les déportés à revenir à Jérusalem.

Le salut nous vient souvent du lieu le plus improbable. Du lieu que nous ne pouvions imaginer. Trop souvent, nous croyons que nous sommes les uniques acteurs et les seuls héros de notre salut. Je peux tout, je fais tout, je suis tout. L’orgueil est notre pire ennemi : il nous retient dans notre plus pure incapacité. Notre salut est dans le nom du Seigneur, lui qui a fait le ciel et la terre. Ce répons nous indique, dans la foi, une vérité spirituelle. Il faut accepter d’accueillir un salut qui n’est pas de nous. Qui n’est pas nous. Dieu veille et entend nos cris, tous les cris. Sa réponse se fait présence, mais il faut avoir l’humilité de nous détacher de notre solution immédiate. Dieu nous sauve par les moyens qui lui sont propres. Voici donc la source de la joie. Elle ne se trouve ni dans notre intelligence, ni dans notre force ou notre technicité. Elle se trouve dans la promesse de Dieu. Notre véritable joie est la promesse. Comme pour Abraham, Moïse et les prophètes, comme pour Marie et tous les saints, la bénédiction de Dieu a été prononcée sur chacun de nous. Je ferai de toi une grande nation, va, conduis mon peuple, tu donneras au monde le Fils du Très-Haut, ne crains pas.

Chacun de nous peut, dans l’intimité de sa prière, retrouver la bénédiction que Dieu a faite sur sa vie. Est-elle difficile à entendre ? Nous surprend-elle ? Sommes-nous dans le désarroi devant cette parole ? Oui, sans aucun doute. Mais Dieu est cette source inépuisable de vie qui, jour après jour, est à nos côtés et nous irradie de son amour et de sa promesse. La joie de notre cœur est dans le nom du Seigneur.

Père Jorge JIMENEZ

Diocèse de Lyon

Flux L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Ce n’est pas Moïse, c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel » (Jn 6, 30-35)

Le saint du jour