Une St Valentin autrement, le vendredi 9 février 2024 à Marcy l’Etoile

Cette année, la paroisse vous propose à nouveau de vivre une St Valentin autrement !
Elle vous offre la possibilité de prendre le temps de vous retrouver en tête à tête.
Cette intimité vous permettra de sortir de la routine du quotidien, de vous poser pour parler de votre couple, celui d’hier, d’aujourd’hui et de demain.
C’est pourquoi la soirée est ouverte à tous les couples, jeunes ou moins jeunes.
Offrez vous un moment de partage en profondeur, avec bienveillance et vérité !

Cette soirée aura lieu le vendredi 9 février 2024, à 19h30, à Marcy l’étoile (salle de la Cheminée, dans le complexe sportif du club de tennis)

Pour vous inscrire, rien de plus simple! Accédez à notre site de réservation en ligne via le lien ci dessous:
https://www.helloasso.com/associations/paroisse-de-charbonnieres/evenements/saint-valentin-autrement

Les inscriptions prennent fin le 2 février prochain ; dépêchez vous, les places sont limités !
Dans l’espoir de vous recevoir le 9 février prochain !

Joanna & Vincent
Béatrice & François
Audrey & Sylvain

Feuille paroissiale du 23 au 31 mars 2024

Sacrement des malades

Au cours des messes des samedi 4 mai à Lentilly et dimanche 5 mai à Charbonnières

Soirée jeunes 12-25 ans – Louange et Réconciliation – Vendredi 22 mars de 20h30 à 22h00 en l’église de Marcy l’Etoile

ÉDITORIAL du 17 mars 2024 – 5ème dimanche de Carême – année B

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 12, 20-33

« L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié.
Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit.
Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle.
Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera.
»


Maintenant mon âme est bouleversée. Que vais-je dire ? “Père, sauve-moi de cette heure” ? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci !
Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore.»

Nous voici au point d’orgue des confidences de Jésus. Son âme est bouleversée. La suite est inéluctable. Le grain de blé va mourir, il n’y a aucun doute. Nous sommes témoins d’un moment unique dans la vie du Christ. Jésus s’abandonne pleinement à la volonté du Père.
Le ministère public de Jésus le préparait à cet instant. Il accepte devant nous de donner sa vie. La gloire de Dieu va se manifester en son Fils. Pour la troisième fois, la voix retentit. Nous ne sommes ni au bord du Jourdain, ni au Tabor mais à Jérusalem, la ville où tout ensemble ne fait qu’un. La voix du Père se manifeste pour nous. Elle vient nous ouvrir un avenir possible. Mais que veut dire « glorification » ?
La mort doit-elle être ce lieu où la gloire va se manifester ?
Comment peut-on accepter que la mort soit la gloire ? À vue humaine, nous sommes devant la plus grande des contradictions. Jamais la mort n’est une victoire, si ce n’est la mort de notre ennemi.
Pour manifester cette victoire, Jésus devra lui aussi passer par la mort.
Cette mort physique redoutable, que nous craignons tous. Cette mort qui marque la fin de la relation humaine et des contacts.
La mort, ce gouffre où nous craignons de nous abîmer pour l’éternité.
Jésus ressent-il ces mêmes angoisses ? Son humanité se manifeste-t-elle par ces mêmes expressions ?…
« Père, sauve-moi de cette heure ». L’humanité du Fils de Dieu ne peut se résoudre à perdre sa vie. Ce combat semble être celui de tout le genre humain.
Le Fils de l’homme élevé de terre attirera à lui tous les hommes. Nous voici devant l’espérance. Si nous allons partager une mort semblable à la sienne, il nous attirera à lui par une vie, elle aussi, semblable à la sienne.
L’espérance ne peut mourir, seule la mort sera vaincue et la gloire de Dieu manifestée. Le prince de ce monde va être jeté dehors, et, avec lui, notre ennemi originel qui prétend régner en despote sur notre humanité.
La vie est notre identité, et les disciples du Christ doivent vivre en vivants.
La gloire de Dieu s’est révélée par le témoignage des fils de lumière.
La ténèbre n’est pas ténèbre devant toi, la nuit comme le jour est lumière.

Père Jorge JIMENEZ

Feuille paroissiale du 16 au 24 mars 2024

ÉDITORIAL du 10 mars 2024 – 4ème dimanche de Carême – année B – (Laetare)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 3, 14-21

Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises.

Nous voici au dimanche de Laetare, dimanche de la joie. Les lectures que l’Église nous donne à méditer connotent bien peu ce que, communément, nous appelons « la Joie » temple détruit, profanation, dispersion, esclavage, exil. La première lecture nous dépeint un tableau peu réjouissant des conditions de vie des Israélites au temps de

Nabuchodonosor. Il nous serait presque facile de reprendre les grands thèmes énoncés et de faire un parallèle avec ce que certains de nos contemporains vivent ou subissent. Les mêmes exactions se retrouvent, il suffit de se déplacer un peu sur le globe terrestre. D’où nous viendra le salut !

Tel est le cri qui pourrait jaillir du fond de ces nuits subies. Dans l’histoire du peuple élu, le même cri a été émis et entendu. Face aux morsures des serpents dans le désert, la santé a été retrouvée lorsqu’ils se sont tournés vers le mât que Moïse brandissait. Lors de la désolation de l’exil, Darius, roi perse, invite les déportés à revenir à Jérusalem.

Le salut nous vient souvent du lieu le plus improbable. Du lieu que nous ne pouvions imaginer. Trop souvent, nous croyons que nous sommes les uniques acteurs et les seuls héros de notre salut. Je peux tout, je fais tout, je suis tout. L’orgueil est notre pire ennemi : il nous retient dans notre plus pure incapacité. Notre salut est dans le nom du Seigneur, lui qui a fait le ciel et la terre. Ce répons nous indique, dans la foi, une vérité spirituelle. Il faut accepter d’accueillir un salut qui n’est pas de nous. Qui n’est pas nous. Dieu veille et entend nos cris, tous les cris. Sa réponse se fait présence, mais il faut avoir l’humilité de nous détacher de notre solution immédiate. Dieu nous sauve par les moyens qui lui sont propres. Voici donc la source de la joie. Elle ne se trouve ni dans notre intelligence, ni dans notre force ou notre technicité. Elle se trouve dans la promesse de Dieu. Notre véritable joie est la promesse. Comme pour Abraham, Moïse et les prophètes, comme pour Marie et tous les saints, la bénédiction de Dieu a été prononcée sur chacun de nous. Je ferai de toi une grande nation, va, conduis mon peuple, tu donneras au monde le Fils du Très-Haut, ne crains pas.

Chacun de nous peut, dans l’intimité de sa prière, retrouver la bénédiction que Dieu a faite sur sa vie. Est-elle difficile à entendre ? Nous surprend-elle ? Sommes-nous dans le désarroi devant cette parole ? Oui, sans aucun doute. Mais Dieu est cette source inépuisable de vie qui, jour après jour, est à nos côtés et nous irradie de son amour et de sa promesse. La joie de notre cœur est dans le nom du Seigneur.

Père Jorge JIMENEZ

Feuille hebdomadaire du 9 au 17 mars 2024

Concert le dimanche 10 mars à 16h00 en l’église de Lentilly

De vous à voix, les chants sacrés du monde

En partenariat avec l’association « en avant pour Fabien »

ÉDITORIAL du 3 mars 2024 – 3 e dimanche de Carême – année B

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 2, 13-25

Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs.

Peut-on dire qu’il y a une sainte colère ? Jésus, devant les marchands du Temple, s’emporte et détruit les étals. Avait-il tort ou raison ?
Il prive des commerçants de leur outil de travail, mais il fait avant tout respecter la dignité du Temple. Ce faisant, il dénonce également les compromis et compromissions des prêtres et pharisiens en charge de ce lieu saint. Un guide me disait lors d’un pèlerinage en Terre sainte : « Tu sais, ici, c’est simple : tout est compliqué ».
Cette phrase peut parfaitement illustrer notre réaction vis-à-vis de ce que vient de faire le Christ. Mais aussi, d’une façon plus générale, elle illustre les atermoiements de nos vies. Pendant les quarante jours du Carême, nous allons relire notre histoire, et sans aucun doute, nous arrêter sur des moments qui nous ont fait souffrir, ou des moments où nous avons fait souffrir.
Quelle va être notre attitude face à ces événements ? Nous auto-justifier et nous absoudre, ou essayer de comprendre ce qui était en jeu à ce moment-là, et les raisons de cette réaction excessive… Une fois cette démarche accomplie, il ne nous restera plus qu’à vivre une réconciliation, d’abord avec nous-mêmes, puis, si cela est possible, avec nos frères et devant Dieu.
Père Jorge JIMENEZ

Diocèse de Lyon

Flux L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Ce n’est pas Moïse, c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel » (Jn 6, 30-35)

Le saint du jour