Home » Accueil » Homélie de la messe de l’épiphanie 2018

Homélie de la messe de l’épiphanie 2018

Épiphanie

 

Gasaprd, Melchior et Balthazar

 Les mages sont très populaires, mais qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? La seule chose que nous dit l’évangile de Matthieu :

«  Voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem. »

Donc des étrangers par rapport au peuple Juif. Le folklore a ensuite trouvé des réponses, entre autres, ce sont des rois venus de Perse et ils étaient trois de différentes couleurs pour représenter les 3 continents connus alors. Ne méprisons pas ce folklore, il a voulu exprimer essentiellement que Jésus n’est pas venu uniquement pour Israël mais bien pour toutes les nations.

Les mages sont des chercheurs de Dieu qui nous disent que partout dans le monde il y a des chercheurs de vérité. Depuis toujours les hommes se sont posés des questions : quel sens donner à la vie des hommes et à la vie du monde? Quelle est notre destinée? Elle ne peut se résumer à ce que l’on vit chaque jour. Les biens matériels ne peuvent combler toutes nos aspirations.

Plusieurs religions dont le Bouddhisme en Orient existaient déjà avant Jésus. Et ces religions étaient souvent ouvertes aux autres religions. Ainsi au 3è siècle après J.C., un édit promulgué par Ashoka, un roi indien et bouddhiste, affirme :

« La foi de tous les autres doit être respectée. En honorant la foi des autres on exalte sa propre foi…

Je désire que les hommes de mon royaume connaissent les religions des autres hommes, et acquièrent ainsi une sagesse plus solide. »

Les mages étaient dans cet état d’esprit. Ils savaient que le peuple d’Israël attendait un messie. Comme dans leurs croyances on pensait que lorsque  apparaissait une nouvelle étoile c’était le signe qu’un personnage important venait de naître, dès qu’ils voient cette étoile ils se mettent en marche. Comme Abraham, ils quittent leur pays, espérant trouver plus d’informations sur l’enfant qui vient de naître. Ils s’adressent d’abord au roi Hérode qui les renvoie aux spécialistes de la Bible.

Ceux-ci connaissent la parole du prophète Michée :

« Bethléem, de toi sortira un chef  qui sera le berger de mon peuple Israël. »

Le roi Hérode est bouleversé car il est jaloux de son pouvoir. Il a déjà éliminé beaucoup d’opposants,  il en sera de même pour cet enfant si c’est un concurrent. Quant aux prêtres aux scribes, s’ils connaissent la Bible ils n’ont pas envie de se mettre en marche. La vérité, celui qui la possède, ce ne peut être un petit enfant.

Les mages ont eu besoin des renseignements de savants juifs et ils ne se laissent pas décourager devant leur peu d’enthousiasme. Ils continuent leur route, guidés encore par l’étoile. Eux, ils ne croient pas posséder toute la vérité, ils sont humbles c’est pourquoi la rencontre de l’enfant les comble de joie.  Et ils croient que ce petit enfant  est capable de révéler aux hommes leur grandeur d’enfants de Dieu, capable d’indiquer aux hommes un chemin d’amour et de paix.

Ceux qui sont jaloux de leur pouvoir, que ce soit un pouvoir temporel ou un pouvoir religieux ne peuvent qu’engendrer des divisions et écraser ceux qui ne pensent pas comme eux.

Pour les mages cet enfant apporte un immense espoir au monde et spécialement aux tout petits. Ils offrent les cadeaux de leur pays : l’or, l’encens et la myrrhe, mais surtout ils offrent le cadeau de leur cœur, sachant bien que ces cadeaux sont bien peu face à l’immense cadeau de Dieu : Dieu se donne lui-même pour partager aux hommes sa divinité.

Quels cadeaux apportons-nous?  L’encens, par sa fumée qui monte au ciel symbolise notre prière, et tous nous pouvons offrir le cadeau de notre prière. Interrogeons-nous sans cesse sur la qualité de notre prière : est-ce qu’elle exprime un élan d’amour, une volonté de rejoindre tous les hommes?  Croyons-nous qu’elle est essentielle pour que le message de paix du Christ atteigne tous les hommes ? L’or est précieux !  Rien n’est plus précieux que l’amour. Que de cadeaux possibles chaque jour en allant à la rencontre de nos frères.

Mais revenons à l’étoile qui a guidé les mages, car il y a toutes sortes d’étoiles qui peuvent mettre des gens en marche et peuvent les conduire vers le Christ. Ce peut être l’insatisfaction des biens matériels, l’expérience d’un amour qui appelle à sortir de l’égoïsme, le témoignage de personnes qui trouvent leur joie dans le service des autres, une épreuve ou tout simplement l’espoir d’une vie meilleure, d’une vie qui ait plus de sens.

Les mages étaient en recherche, il y a plein de gens en recherche. Savons-nous les voir, les accueillir, les écouter, les aider à exprimer leurs aspirations profondes? Surtout ne nous présentons pas comme ceux qui possèdent la lumière, mais comme étant prêts à cheminer avec eux dans leur recherche. Et n’ont-ils pas de précieux cadeaux à offrir à travers leurs richesses de cœur ou les richesses d’une culture différente de la notre? Ne voyons pas l’autre différent comme une menace mais comme une richesse. Croyons qu’ils ont besoin de nous pour poursuivre leur recherche  et croyons que nous avons tout autant besoin d’eux.

L’Épiphanie avec les mages c’est déjà la Pentecôte qui a rassemblé des gens  de nombreuses nationalités, de pays et de cultures différents. Tous ont pu entendre la Parole dans leur langue. La mission de l’Église est de contribuer à ce rassemblement universel. Sa mission ne sera accomplie que lorsqu’elle aura intégré le meilleur de tous les peuples dans leur grande diversité.

Puissent nos communautés chrétiennes avoir une telle ouverture pour accueillir ceux qui cherchent, si différents soient-ils de nous. Accueillons spécialement ceux qui attendent que nous les accompagnions dans leurs joies ou leurs souffrances.

Laissons-nous guider par l’étoile qu’est Jésus, Lumière des nations.

Les rois mages

Diocèse de Lyon

RSS L’Evangile quotidien

  • Évangile : « Jésus, fils de David, fils d’Abraham » (Mt 1, 1-17)

Le saint du jour